Categories
Artisan Serrurier

Une entreprise sérieuse

Des serruriers toujours prêt à vous aider

Votre porte est bloqué ? Faîtes appel à eux, leur équipe s’occupera de l’ouverture de votre porte. Serrurier Argenteuil fait d’autres types de services comme le changement de vos serrures, la pose de porte blindée, le déblocage de cylindre. Ne vous inquiétez, ils disposent d’une équipe très performantes qui vous fera bénéficier des meilleurs services de serrurerie.

Leurs serruriers d’Argenteuil sont ceux qui assureront le mieux votre sécurité

Vous ne vous sentez pas en sécurité chez vous ? Laissez donc leur équipe vous aider pour accomplir votre demande parfaitement.  Leurs serruriers peuvent réaliser des blindages de porte, installer des serrures multipoints, des digicodes ou encore des système d’ouverture de porte par carte. N’hésitez pas à leur communiquer ce que vous souhaiter, leur équipe se fera un plaisir de faire votre installation. Ils proposent également la réparation de vos serrures après effraction.

Bruno Serrurier au travail.

Avis positif recueilli sur Google

“ J’ai fait installé une porte blindée chez moi et je me sens beaucoup plus en sécurité maintenant.”

Des serruriers qui s’occupent de toutes vos urgences

Ils répondent vite et rapidement à vos urgences mais ils pouvent intervenir chez vous pour de petits dépannages. Leur équipe possède tous types de matériels pour ouvrir vos coffre-forts ou ouvrir une de vos portes blindées sans dégâts. Des spécialistes de la serrurerie qui sont à votre entière disposition. 

Leurs serruriers proposent des prestations pas cher. Vous étiez méfiants au niveau du prix car il était toujours très élevé ? Chez eux, vous n’avez pas de soucis à vous faire, leurs prix sont très abordables pour tout le monde.

Leur équipe de serruriers fait des dépannages en moins de trente minutes, des interventions en urgences. Ils viennent très vite à votre assistance pour vous faire des prestations express.

Categories
Actualités

Euro 2021 : le Danemark séduit et offre indirectement sa qualification à la France

Entre les larmes de Pandev et la joie extatique des Danois, les phases de groupes ont continué lundi de dévoiler les équipes qui joueront les phases éliminatoires. L’Autriche s’est offert sa première qualification en huitièmes.

Comme une deuxième résurrection. Après la survie miraculeuse de Christian Eriksen, les Danois se sont qualifiés lundi grâce à une victoire (4-1) contre la Russie, malgré un seul petit point glané avant cette rencontre. Cette équipe a autant séduit les supporters du stade de Copenhague que les téléspectateurs. Devant leur écran, ces derniers ont assisté à une furia et une énergie venues d’ailleurs, une frappe exceptionnelle, des rires et des hurlements qui semblent appartenir à une époque pré-Covid qu’on a désespéré de ne plus revoir. «Je n’avais jamais rêvé de faire partie de quelque chose d’aussi énorme, c’est un sentiment fantastique», a exulté après le match le Danois Mikkel Damsgaard, auteur d’une sublime frappe à l’entrée de la surface.

Les Danois du capitaine et héros d’un soir, Simon Kjaer, affronteront les Gallois de Gareth Bale, qualifiés dimanche. Leur victoire sur la Russie, complètement dépassée lundi comme elle l’avait déjà été face à la Belgique en début de tournoi, permet d’assurer à la France (4 points avant le match face au Portugal mercredi), une présence en phases finales : les quatre meilleurs troisièmes passent au tour suivant, et deux équipes (Finlande et Ukraine) sur les six groupes ne récoltent que trois points. Outre les Bleus, la Suisse, la Suède, et la République tchèque, toutes assurées d’être au moins meilleures troisièmes vu les résultats de lundi soir, ont aussi leur ticket pour les huitièmes de finale.

Avec sa victoire face à la Finlande, la Belgique, de son côté, a dû attendre le dernier quart d’heure pour se débarrasser de ses adversaires. Avec un Romelu Lukaku en forme, qui aurait mérité de valider un but en plus si l’attaquant de l’Inter n’avait pas eu le malheur de chausser aussi grand et de voir une VAR appliquer les règles de manière sévère voire insultante envers le football. «Maintenant, c’est tout ou rien», a promis le milieu des Diables rouges Kevin de Bruyne. Mais les Belges devront attendre quelques jours avant de savoir quel meilleur troisième de groupe ils affronteront.

«C’est un jour à faire la fête avec de l’eau !»

Avec l’Italie et la Belgique, les Pays-Bas terminent avec 9 points sur 9 possibles. Déjà convaincant lors des deux premiers matchs, Georginio Wijnaldum a inscrit un doublé contre la Macédoine du Nord. Un été agité pour le milieu de terrain : il aurait dû signer à Barcelone mais le PSG l’a chipé au dernier moment. Au contraire de l’autre buteur du soir, Memphis Depay, qui va, lui, traîner ses guêtres sur les Ramblas. L’équipe de Frenkie de Jong devra elle aussi attendre de savoir quel meilleur troisième elle affrontera. En revanche, la Macédoine du Nord n’a pas pu lutter face à des Néerlandais en mission depuis le début du tournoi. Mais l’essentiel était ailleurs pour eux : le fameux Goran Pandev, 37 ans et 121 sélections, a traversé une haie d’honneur lors de son remplacement, l’ancien de l’Inter jouant son dernier match en équipe nationale.

A Bucarest, l’Ukraine d’Andreï Chevtchenko a chuté (1-0) face à l’Autriche et devra attendre de savoir si elle peut terminer parmi les meilleurs troisièmes. L’équipe de David Alaba et de Marcel Sabitzer a quant à elle surpris en sortant favorablement des poules pour la première fois de son histoire. Elle retrouvera l’impressionnante Italie. «Nous avons écrit l’histoire pour l’Autriche, aujourd’hui est un jour à faire la fête, a déclaré Florian Grillitsch, milieu de l’Autriche et d’Hoffenheim. Beaucoup de mes coéquipiers sont très fatigués, nous serons heureux de rentrer à l’hôtel et de boire un verre ou deux. C’est un jour à faire la fête avec de l’eau !» Que Grillitsch se rassure : ce qui se passe à Bucarest reste à Bucarest.

Source : Le Point

Categories
Actualités

Elections régionales 2021 : les résultats région par région

Avec une abstention record estimée à 66,1 %, le premier tour des élections régionales a plutôt favorisé les sortants, selon les premiers résultats.

Les coups de tonnerre ne frappent pas toujours là où on les attend. Plutôt que le haut niveau du Rassemblement national (RN), largement commenté et anticipé, c’est le record d’abstention enregistré lors du premier tour des élections régionales et départementales, dimanche 20 juin, qui frappe les esprits. Avec seulement 33,9 % de participation, jamais un scrutin n’avait aussi peu mobilisé les électeurs, à l’exception du référendum instaurant le quinquennat, en 2000 (69,8 % d’abstention).

S’il est encore trop tôt pour tirer avec certitude les conclusions électorales de cette abstention massive, force est de constater que la droite profite de cette situation inédite : ses candidats sont donnés en tête du premier tour dans une grande partie des régions métropolitaines, selon les premières estimations d’Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et La Chaîne parlementaire.

  • Provence-Alpes-Côte d’Azur

En Provence-Alpes-Côte d’Azur,le président sortant (Les Républicains, LR) de la région, Renaud Muselier (31,91 %), qui a noué un accord avec la République en marche (LRM) et pris des candidats macronistes sur sa liste, est deuxième, juste derrière le candidat du Rassemblement national (RN), Thierry Mariani (36,38 %). Les sondages étaient favorables au candidat mariniste tout au long de la campagne, et le résultat signe une déconvenue pour l’extrême droite : en 2015, Marion Maréchal-Le Pen avait obtenu 40,5 % des suffrages au premier tour pour le compte du Front national.

M. Muselier paraît en bonne position pour conserver la région lors du second tour, dimanche 27 juin. Le représentant de la gauche et des écologistes, Jean-Laurent Félizia, a engrangé pour sa part 16,89 % des suffrages.

  • Hauts-de-France

Le risque RN semble encore plus mesuré dans les Hauts-de-France, où le président sortant (divers droite), Xavier Bertrand, est arrivé largement en tête avec 41,39 % des voix, loin devant le député RN du Nord Sébastien Chenu (24,37 %). La candidate d’union de la gauche, Karima Delli, arrive troisième (18,99 %), tandis que le secrétaire d’Etat chargé des retraites, Laurent Pietraszewski, ne parvient a priori pas à franchir la barre des 10 % nécessaire pour se qualifier au second tour (9,14 %). Un échec retentissant pour la majorité, alors que cinq ministres avaient été envoyés en renfort de la liste, dont le très médiatique garde des sceaux, Eric Dupond-Moretti.

L’enjeu dans les Hauts-de-France paraît crucial en vue de l’élection présidentielle de 2022, M. Bertrand ayant lié sa candidature pour l’Elysée à une réélection dans sa région. L’ancien maire de Saint-Quentin (Aisne) est vu par Emmanuel Macron comme un de ses principaux concurrents. Un statut qu’une victoire avantageuse aux régionales pourrait renforcer.

  • Ile-de-France

La présidente sortante d’Ile-de-France, Valérie Pécresse, tête de la liste d’union Libres-LR-UDI), arrive largement en tête au premier tour des élections régionales (35,94 %), selon les chiffres définitifs. Le candidat du Rassemblement national, Jordan Bardella, rassemble 13,12 % des voix, tandis que le candidat Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Julien Bayou, totalise 12,95 %.

Derrière eux, trois autres listes dépassent 10 % : Laurent Saint-Martin (LRM-MoDem), Audrey Pulvar (PS) et Clémentine Autain (LFI-PCF).

  • Auvergne-Rhône-Alpes

Autre représentant de droite à entretenir des ambitions en vue de la prochaine présidentielle : Laurent Wauquiez. Le président sortant de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui arrive largement en tête avec 43,79 % des voix, se dirige vers une victoire tranquille au second tour. Il devance le candidat RN, Andréa Kotarac (12,33 %). Ce dernier enregistre une sévère déconvenue, puisqu’il était attendu à la deuxième place, qui revient finalement à l’écologiste Fabienne Grébert (14,45 %).

La gauche est en mesure de qualifier un autre candidat pour le second tour avec l’ancienne ministre PS Najat Vallaud-Belkacem, avec 11,40 %. En revanche, le macroniste Bruno Bonnell, avec 9,87 %, ne pourra pas se maintenir. Une confirmation, après les municipales de 2020, de l’échec d’implantation locale de La République en marche.

  • Occitanie

En Occitanie, le macroniste Vincent Terrail-Novès n’obtient pour sa part que 8,78 % des voix, loin derrière la présidente sortante (PS) Carole Delga (39,57 %) et le RN Jean-Paul Garraud (22,61 %). Le candidat LR, Aurélien Pradié, obtient, lui, un décevant 12,19 %.

  • Grand-Est

La configuration est à peine plus favorable à la majorité en Grand-Est, puisque la ministre Brigitte Klinkert est tout juste en position de se maintenir, avec 10,77 %. Elle est devancée par le président sortant (LR), Jean Rottner, 31,15 %, le RN Laurent Jacobelli, 21,12 %, et la candidate d’union de la gauche, Eliane Romani (14,60 %).

  • Centre-Val-de-Loire

Le ministre des relations avec le Parlement, Marc Fesneau, issu des rangs du MoDem, représente une maigre satisfaction pour la Macronie. Présenté comme un espoir de victoire en Centre-Val de Loire, il obtient 16,65 % dans cette région et termine seulement quatrième. Le président sortant (PS), François Bonneau, arrive en tête (24,81 %), devant le candidat RN Aleksandar Nikolic (22,24 %) et le LR Nicolas Forissier (18,82 %). Un candidat avec lequel M. Fesneau pourrait envisager de fusionner.

  • Nouvelle-Aquitaine

Autre représentante de la majorité issue du MoDem, la ministre déléguée Geneviève Darrieussecq obtient de son côté la troisième place en Nouvelle-Aquitaine, avec 13,71 %, derrière le président sortant (PS), Alain Rousset (28,84 %), en place aux manettes de la région depuis 1998. L’hypothèse d’une fusion avec le candidat LR, Nicolas Florian (12,46 %), peine à offrir des perspectives de victoire à la majorité. La candidate RN, Edwige Diaz, termine pour sa part en deuxième position avec 18,21 %.

  • Bretagne

Les macronistes peuvent envisager de siéger au sein d’un exécutif local en Bretagne, mais les négociations vont être serrées entre le président sortant de la région (PS), Loïg Chesnais-Girard (20,95 %), et son ancien vice-président, Thierry Burlot (15,53 %), arrivé en troisième position. M. Chesnais-Girard, héritier du ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, peut aussi envisager une fusion avec l’écologiste Claire Desmares-Poirrier (14,84 %). La LR Isabelle Le Callennec termine quant à elle deuxième avec 16,27 %.

  • Pays de la Loire

Dans les Pays de la Loire, la présidente sortante de région, Christelle Morançais (LR), arrive largement en tête avec 34,29 %, devant le député ex-LRM Matthieu Orphelin (18,70 %), un écologiste proche de Nicolas Hulot. Ce dernier pourrait nouer un accord avec le socialiste Guillaume Garot (16,31 %) en vue du second tour. Quant à l’ancien ministre de la transition écologique François de Rugy, il enregistre un score décevant avec seulement 11,97 %, derrière le RN Hervé Juvin (12,53 %).

  • Normandie

La majorité ne surnage pas plus en Normandie, où son candidat, Laurent Bonnaterre, arrive quatrième avec 11,07 % des voix. Le président sortant, Hervé Morin, paraît en bonne position en vue du second tour (36,86 %), la victoire semblant inaccessible pour le RN Nicolas Bay (19,86 %).

  • Bourgogne-Franche-Comté

Enfin, en Bourgogne-Franche-Comté, la présidente sortante, Marie-Guite Dufay (PS), pourrait avoir besoin des voix macronistes pour assurer sa victoire. Si elle est arrivée en tête, avec 26,52 %, l’écart ne paraît pas considérable avec le RN Julien Odoul (23,19 %) et le LR Gilles Platret (21,04 %). Les voix du macroniste Denis Thuriot, arrivé quatrième avec 11,69 %, pourraient peser lourd. Une situation de faiseur de roi finalement bien rare pour la majorité.

  • Corse

En Corse, où la participation a été de 57,08 %, largement au-dessus de la moyenne nationale, le nationaliste Gilles Simeoni (Fà Populu Inseme, « rassembler les gens »), président de l’exécutif sortant, est largement en tête de ce premier tour avec 29,19 %. Il est talonné par la liste du divers droite Laurent Marcangeli (Un Soffiu Novu, « un souffle nouveau pour la Corse ») à 24,86 %, et du nationaliste Jean-Christophe Angelini (Avanzemu pè un Populu Vivu, « Avançons pour un peuple vivant ») à 13,22 %. Enfin, le dissident indépendantiste Paul-Félix Benedetti (Core in fronte) totalise 8,39 %.

Ces quatre listes peuvent se maintenir pour le second tour sans fusionner, contrairement au président de l’assemblée sortante, Jean-Guy Talamoni (liste Fà Nazione, « faire une nation ») à 6,90 %, ou du macroniste Jean-Charles Orsucci (Corsica, terra di primura, « Corse terre de progrès ») à 5,92 %, qui doivent contracter une union s’ils veulent être présents dimanche prochain.

Le divers droite Didier Robert, président sortant de la région Réunion, a terminé en tête du premier tour des régionales avec 31,09 % des suffrages dimanche soir, dans un contexte de forte abstention (63,56 %).

Huguette Bello, la maire divers gauche de Saint-Paul (ouest de l’île) et Ericka Bareigts, la maire PS de Saint-Denis, se placent respectivement en deuxième et troisième positions avec 20,74 % et 18,48 %.

  • Guyane

Le président sortant de Guyane, Rodolphe Alexandre, est arrivé largement en tête du premier tour, avec 43,72 % des suffrages exprimés, sans obtenir la victoire qu’il espérait dès cette première échéance. Le candidat divers gauche, Gabriel Serville, recueille 27,67 % des suffrages.

Source : Le Monde

Categories
Artisan Vitrier

Intervention 7j/7 et 24h/24, sur Vaux-en-Beaujolais

Cette entreprise fiable et expérimentée dans le domaine de la vitrerie et de la miroiterie sera toujours présente afin de résoudre tous vos problèmes ou pour réaliser vos projets. Gabriel Vitrier est disponible du lundi au dimanche, de jour comme de nuit, ainsi que pendant les jours fériés. La société intervient pour les particuliers et les professionnels pour des dépannages en urgence ou des services sur rendez-vous.

Les artisans vitriers professionnels effectuent par exemple des mises en place de planchers et d’escaliers en verre, des poses de verres Sérigraphié, des remplacements de portes de douches, des fermetures provisoires, des installations de vitres, des impressions digitales sur verre, des poses de baies vitrées pliantes, des mises en sécurité, bris de glace, etc.

Ce vitrier sur Vaux-en-Beaujolais a choisi de collaborer avec de multiples marques tels que Joint Dual, Velux, Fenêtres Lorenove, Tryba, Saint Gobain, Rehau ou bien encore Alluminium Installu, afin de vous proposer des prestations avec des matériaux de qualité, à bas prix.

N’hésitez pas à contacter cette société dès maintenant pour avoir des renseignements complémentaires. Vous pouvez également demander votre devis détaillé gratuit dès maintenant.

Categories
Actualités

Fusillade à Ivry-sur-Seine : un jeune homme tué et un autre blessé

Une enquête a été ouverte pour «meurtre en bande organisée» et «tentative de meurtre en bande organisée».

Des tirs ont résonné dimanche 13 juin au sein du quartier Parmentier d’Ivry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, d’après une information du Parisien . Les coups de feu ont fait une victime, un jeune homme âgé de 21 ans, et un blessé, également âgé de 21 ans, qui a été transporté à l’hôpital, a confirmé à l’AFP une source policière ainsi que le parquet de Créteil.

Si le déroulé des événements reste encore très flou, il semblerait que les deux jeunes hommes aient été visés vers 19 heures, alors qu’ils se trouvaient à bord d’un véhicule, et que leurs agresseurs aient tiré depuis une voiture et un scooter, selon le quotidien.

Sur fond de rivalité entre quartier, cette attaque est intervenue quelques jours après qu’un jeune des environs a été roué de coups en pleine rue.

La procureure de la République de Créteil Laure Beccuau a saisi le service départemental de la police judiciaire (SDPJ) et une enquête a été ouverte pour «meurtre en bande organisée», ainsi que pour «tentative de meurtre en bande organisée». Des policiers ont été déployés dans le quartier afin d’éviter une éventuelle vengeance de la part des proches des victimes, précise Le Parisien.

Contactée dimanche soir par l’AFP, la procureure de Créteil, qui s’est rendue sur les lieux de l’homicide, n’a pas pu donner plus de précisions.

Source : Le Figaro

Categories
Actualités

Maintien de l’ordre : le sévère désaveu du Conseil d’Etat à Gérald Darmanin

Le Conseil d’Etat a infligé jeudi un sévère désaveu à Gérald Darmanin en annulant plusieurs dispositions phares du schéma du maintien de l’ordre, dont la technique de la “nasse” et l’obligation faite aux journalistes de quitter les manifestations. La plus haute juridiction de l’autorité administrative avait été saisie par des associations et des syndicats, notamment de journalistes, vent debout contre ce texte publié le 16 septembre et porté par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. 

Dans un communiqué accompagnant sa décision, le Conseil d’Etat a rappelé que la technique de la “nasse” était prévue “pour contrôler, interpeller ou prévenir la poursuite de troubles à l’ordre public”. “Si cette technique peut s’avérer nécessaire dans certaines circonstances précises, elle est susceptible d’affecter significativement la liberté de manifester et de porter atteinte à la liberté d’aller et venir”, ajoutent les juges. Ils soulignent que le texte “ne précisait toutefois pas les cas où il serait recommandé de l’utiliser”. D’où sa décision de l’annuler. C’est “une immense avancée pour tous les manifestants”, a commenté auprès de l’AFP, Me Patrice Spinosi, avocat du SNJ et de la Ligue des droits de l’Homme (LDH). 

S’agissant de la presse, le Conseil a considéré que les journalistes “n’ont pas à quitter les lieux lorsqu’un attroupement est dispersé” et qu’ils n’ont pas non plus “l’obligation d’obéir aux ordres de dispersion” des forces de l’ordre. “Les journalistes doivent pouvoir continuer d’exercer librement leur mission d’information, même lors de la dispersion d’un attroupement”, a ajouté le Conseil. “Ils ne peuvent donc être tenus de quitter les lieux, dès lors qu’ils se placent de telle sorte qu’ils ne puissent être confondus avec les manifestants ou faire obstacle à l’action des forces de l’ordre”. 

Les membres du Conseil d’Etat ont estimé en outre que le “ministre de l’Intérieur ne peut pas imposer des conditions au port de protections par les journalistes”. Dans une circulaire sur le maintien de l’ordre, ont-ils ajouté, le ministre ne peut “pas édicter ce type de règles à l’attention des journalistes comme de toute personne participant ou assistant à une manifestation”. Le Conseil d’Etat a également rejeté l’accréditation des journalistes, qu’ils possèdent ou non une carte de presse, pour avoir accès au canal d’informations en temps réel mis en place lors de manifestations. 

Un second revers en moins d’un mois

“C’est formidable pour la liberté d’information”, a réagi auprès de l’AFP Dominique Pradalié, secrétaire générale du Syndicat national des journalistes (SNJ). “Une fois de plus, le gouvernement se fait épingler pour non-respect des droits fondamentaux”, se sont réjouis la CGT et le SNJ-CGT. Tous se sont félicités que le Conseil d’Etat ait rappelé l’importance de la liberté d’informer. 

Le ministère de l’Intérieur a promis en début de soirée que des “modifications seraient apportées” à son schéma du maintien de l’ordre pour “atteindre les objectifs du texte, tout en respectant les orientations de la décision du Conseil d’Etat”. 

Cette décision constitue, en moins d’un mois, un second revers pour Gérald Darmanin après la censure, le 20 mai, par le Conseil constitutionnel de l’ex-article 24 de la loi sur la Sécurité globale. Devenu l’article 52 de cette loi, cette disposition prévoyait de punir “la provocation à l’identification des forces de l’ordre”, une nouvelle incrimination qui avait suscité une levée de boucliers des défenseurs des libertés publiques. 

Le schéma national du maintien de l’ordre et la loi sécurité globale ont mobilisé l’automne dernier de nombreux détracteurs. Début mai, une commission, présidée par l’ancien président de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme Jean-Marie Delarue et chargée d’apaiser les tensions entre médias et police, avait remis au Premier ministre Jean Castex son rapport assorti de 32 recommandations. Parmi celles-ci figuraient l’annulation des accréditations aux journalistes pour couvrir une manifestation et celle de l’obligation qui leur était faite de dispersion en fin de manifestation. 

Source : L’Express

Categories
Artisan Vitrier

Mise en place d’isolation phonique et thermique

Gabriel Vitrier est une entreprise qui intervient dans le domaine de la vitrerie et de la miroiterie. La société est disponible du lundi au dimanche, 24h/24, les week-ends et les jours fériés inclus.

Les artisans experts peuvent se déplacer pour des services sur rendez-vous ou pour des dépannages en urgence. Aussi, les techniciens peuvent arriver en moins de trente minutes sur les lieux de votre domicile ou de votre travail.

Votre vitrier sur Saint-Priest opère par exemple pour des mises en place de fenêtres sur-mesure, des changements de vitres, des remplacements de baies vitrées pour balcon, des poses de crédences, des fermetures provisoires, des mises en sécurité, des impressions digitales sur verre, bris de glace, des poses de volets et crémones, des installations de portes-fenêtres, etc.

Gabriel Vitrier est également titulaire d’une assurance décennale, et est agréé par des assurances comme Groupama, Axa, Aviva, BNP ou bien encore la Société Générale.

Vous pouvez demander votre devis détaillé gratuit directement en ligne, sur leur site internet, ou en contactant l’un de leurs artisans vitriers. Ils sont aussi à votre service pour répondre à toutes vos questions ou vos interrogations.

Categories
Actualités

Grenoble : un employé d’un supermarché poignardé après une altercation avec un client

Un caissier d’un supermarché Intermarché situé boulevard Foch, à Grenoble (Isère), a été victime d’un coup de couteau dimanche 30 mai en milieu de matinée, a rapporté Le Dauphiné Libéré . Une altercation aurait éclaté entre cet employé de 21 ans et un jeune homme qu’il suspectait d’avoir volé des bouteilles d’alcool.

Le voleur présumé aurait alors sorti un couteau avec lequel il aurait poignardé le jeune caissier au niveau de la poitrine. Grièvement blessé, celui-ci a été pris en charge par le Samu et transporté au CHU de Grenoble avec un pronostic vital engagé. De son côté l’agresseur a pris la fuite

Le magasin a été fermé pour permettre aux techniciens du service de police technique et scientifique d’effectuer les premières constatations et de réaliser d’éventuels prélèvements.

Source : Le Figaro

Categories
Actualités

Volcan Nyiragongo (RDC) : qu’est-ce que le scénario redouté de “l’éruption limnique” ?

Les coulées de lave ont déjà provoqué la mort de dizaines de personnes, et détruit les habitations de centaines d’autres, à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Mais l’éruption du volcan Nyiragongo, intervenue samedi, pourrait prendre des proportions encore plus importantes les jours à venir, craignent les autorités.  

“Les données actuelles de la sismicité et de la déformation du sol indiquent la présence de magma sous la zone urbaine de Goma, avec une extension sous le lac Kivu” qui borde la ville, a déclaré, dans une adresse à la population sur les médias locaux, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, le général Constant Ndima. “Des risques supplémentaires sont liés à l’interaction entre la lave et l’eau” du lac, a précisé ce dernier, justifiant son ordre d’évacuation “immédiat” et “obligatoire” de dix des dix-huit quartiers de la ville. 

Dès mardi, l’Observatoire de volcanologie de Goma (OVG), référent des autorités locales sur tout ce qui touche au Nyiragongo, avait évoqué plus en détail cette hypothèse d’éruption dite “limnique”, dans une note technique dont l’AFP a eu copie, et authentifiée par des sources indépendantes. “Eruption du Nyiragongo, ouverture des fractures du flanc sud, les coulées de lave détruisent une partie des villes de Goma et Gisenyi ; au même moment une éruption fissurale ou phréato-magmatique se produit sous le lac et/ou un grand séisme de magnitude 6,5 ou 7 se produit dans le lac”, note ce document. 

En conséquence, “une éruption limnique se produit et les gaz dissous dans les eaux profondes du lac montent (à la surface), surtout le CO2, asphyxient tous les être vivants autour du lac Kivu du côté congolais et rwandais”, provoquant la mort de milliers de personnes. Le pire scénario. 

Deux autres scénarios

Le volcan Nyiragongo est entré en éruption soudaine samedi soir, provoquant un premier exil des habitants, revenus depuis lors mais qui vivent toujours dans la psychose d’une nouvelle éruption du fait des incessants et puissants séismes continuant de secouer la région. La lave s’est écoulée en deux directions depuis les flancs du volcan, une coulée s’immobilisant dans les faubourgs nord-est de Goma, l’autre coupant sur un kilomètre la route nationale 4 en périphérie nord de la ville. 

Les autorités locales ont également formulé deux autres hypothèses sur une possible poursuite de l’éruption. Le premier : “Éruption du Nyiragongo sur son flanc sud, ouverture des fractures jusque dans les villes de Goma et Gisenyi (au Rwanda voisin), la lave coule à partir des fractures et détruit une partie de ces villes.”  

Le deuxième, pas beaucoup plus rassurante : “Éruption du Nyiragongo sur son flanc sud, ouverture des fractures du flanc jusqu’au lac en traversant les villes”, poursuit le document. “Une quantité de lave détruit une partie des villes de Goma et Gisenyi, et atteint le lac. Comme la quantité de lave qui se déverserait dans le lac n’est pas suffisante pour augmenter la température des eaux profondes sur tout le lac d’au moins 1°C, il n’y aura pas d’éruption limnique”. 

Une équipe d’experts vulcanologues sur place

Une équipe d’experts vulcanologues est arrivée sur place “pour observer et prélever les données actuelles, lesquelles vont permettre au gouvernement de prendre des décisions futures”, a également déclaré, ce jeudi le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya. “Depuis ce matin, la fréquence et l’intensité des tremblements de terre ont baissé, les mouvements sismiques oscillent autour de 4,2 de magnitude, alors que la plus puissante observée ces quatre derniers jours a atteint 5,2”, a-t-il indiqué, évoquant au total quatre risques dans les heures et jours à venir, certains reprenant ceux mentionnés par les autorités locales. 

Le premier est “celui d’accentuation des tremblements de terre ressentis de manière continue depuis l’éruption du 22 mai”, près de 400 au total, et “qui peuvent causer des pertes en vie humaines et dégâts matériels importants”, a-t-il souligné. Un autre risque est celui “d’une éruption volcanique secondaire, partant des fissures créées par les mouvements sismiques”. “On ne sait pas si toute la lave s’est déjà vidée ou si elle cherche à ressortir. Et si par malheur cette lave rencontrée une fissure, cela créerait une éruption secondaire”, a ajouté Patrick Muyaya. 

Il y a aussi le “risque d’explosion d’une poche de gaz sous le lac, du fait d’un contact avec le magma”. “Le lac Kivu contient beaucoup de gaz méthane, et toute cette activité sismique peut avoir un impact, et ce serait le scénario catastrophe”, a-t-il reconnu, suggérant ainsi une éruption “limnique”. Enfin, le quatrième risque est la “toxicité dans l’environnement ambiant du fait de la poussière, des cendres émises dans l’atmosphère par le volcan”, a-t-il conclu. 

La précédente éruption majeure du Nyiragongo, le 17 janvier 2002, avait fait une centaine de morts. L’éruption la plus meurtrière de ce même cratère remonte à 1977. Plus 600 personnes avaient alors perdu la vie. 

Source : L’Express

Categories
Artisan Vitrier

Pose d’impression digitale sur verre

Gabriel Vitrier sur Lyon 2 est une entreprise spécialisée en vitrerie et en miroiterie qui intervient tous les jours de la semaine, de jour comme de nuit, ainsi que pendant les jours fériés.

Leurs artisans vitriers peuvent se déplacer pour des mises en place de verres de décoration, des remplacements de vitres, des fermetures provisoires, bris de glace, des mises en sécurité, des installations de fenêtres, des découpes sur-mesure, des changements de verres de sécurité, etc.

Votre vitrier sur Lyon 2 se déplace pour des dépannages en urgence et pour des prestations sur rendez-vous.

Cette société est également agréée par de nombreuses assurances comme Groupama, Axa ou bien la Matmut, et dispose d’une assurance décennale.

N’hésitez pas à demander votre devis détaillé gratuit auprès de l’un de leurs techniciens.